Messe de l'Ascension du Seigneur

Lectures et homélie de Denis Lecompte, Curé de la Paroisse

 

LECTURES########################################################

Source : AELF

 

ASCENSION DU SEIGNEUR A #######################################

40 jours après Pâques,  nous fêtons l’Ascension de Jésus ressuscité.   C’est le jour où il disparaît au regard de ses apôtres.   Comme eux,  nous avons notre regard tourné  vers le ciel.   Mais en même temps,  nous ne devons pas oublier de regarder  vers la terre ;  c’est le message de l’ange aux apôtres :  « Pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? » (1ère lecture, Actes des Apôtres 1,11).

En d’autres termes,   nous chrétiens,   nous sommes « citoyens du ciel » ;  nous marchons ici-bas vers notre patrie définitive.   Oublier notre foi au Christ ressuscité   serait pour nous  un aveuglement mortel.  Mais cela ne doit pas nous faire négliger la mission confiée par le Christ :   « Allez ! De toutes les nations,  faites des disciples… » (Évangile Mt 28, 19).

Tout au long des 50 jours du temps pascal,   nous fêtons le Christ mort et ressuscité ;  c’est le grand passage de Jésus vers son Père.   Cette période est là   pour raviver et fortifier notre foi.   C’était vrai pour les disciples.   L’Évangile nous dit que  « certains eurent des doutes » (Mt 28, 17).   Mais si le Christ ressuscité  est resté visible 40 jours,   c’est précisément pour les faire passer  du doute  à la foi.
N’oublions pas que  le vendredi saint,   ils ont subi un grave traumatisme.   Ils ont vu leur Maître mis à mort sur une croix et enfermé dans un tombeau.   Pour eux,  c’était la fin d’une belle aventure.   Mais voilà que   le jour de Pâque, Jésus ressuscité   les rejoint.    Sa première parole  est  un message de paix.

C’est ce message d’espérance  que  nous avons à transmettre à notre monde.   Beaucoup vivent dans l’indifférence. D’autres sont hostiles  à la foi chrétienne.   Ils sont également nombreux  celles et ceux  qui sont douloureusement marqués par la souffrance,  la maladie,  le découragement.   Je pense à un jeune qui s’était engagé dans une cause qui lui tenait à cœur.   Un jour,  des amis ont décidé de  lui rendre visite.    Il leur dit plus tard :  « Ce jour-là, vous avez bien fait de passer.    J’étais complètement découragé   et j’ai failli tout abandonner. »

C’est ainsi que nous pouvons aider  les autres  dans les moments difficiles de leur vie.   Nous pouvons leur communiquer l’Espérance qui nous anime.   Mais cela ne sera possible que   si nous l’entretenons en nous.
Il ne suffit pas de regarder  ce qui va mal dans le monde.   Il nous faut aussi regarder  « vers le ciel ».
Des moments de ressourcement  sont nécessaires.   Se ressourcer,   c’est prendre du temps pour la prière ; c’est  se nourrir de  la Parole de Dieu et de  l’Eucharistie.   C’est surtout se rappeler que l’Esprit Saint nous précède dans le cœur de celles et ceux qu’il met sur notre route.

A la suite des apôtres,  nous sommes envoyés  pour proclamer la bonne nouvelle  à toute la création.   Le jour de l’Ascension,  c’est le temps de l’Église qui commence.   Ce que Jésus a fait,  l’Église doit le continuer. Il a pardonné ;  l’Église pardonne  par le sacrement de la réconciliation.
Jésus a donné l’Esprit Saint ;  l’Église le donne par  le sacrement du baptême,  celui de la confirmation  et celui de l’Ordre.
Pour cette mission,  nous ne sommes pas seuls.  Jésus demeure avec nous.   Le principal travail,  c’est Lui qui le fait dans le cœur des hommes.

En venant à l’église,  nous nous imprégnons de  l’amour qui est en Dieu ;  puis nous sommes envoyés  pour le communiquer autour de nous.   Le monde doit pouvoir découvrir en nous  quelque chose de  l’amour passionné de Dieu  pour tous les hommes.   Il est important que notre cœur soit de plus en plus  accordé  à son infinie tendresse pour l’humanité.   Alors, ne perdons pas une minute.    C’est à chaque instant  que nous avons à rayonner  de cette lumière qui vient de lui.

Cette fête vient donc nous rappeler  le but de notre vie.   Nous avons pris l’habitude de parler du  « pont de l’Ascension ».   Mais en parlant de « pont »,  on ne croyait pas si bien dire.   Avec Jésus, l’Ascension est un pont qui nous permet de passer  d’une rive  à l’autre ;   nous sommes en marche  vers  ce monde nouveau  qu’il appelle le Royaume de Dieu ;   c’est là  qu’il veut rassembler  tous les hommes.

C’est  cette bonne nouvelle  que nous avons à annoncer  aux femmes et aux hommes  de notre temps.   Rien ne doit l’arrêter.   Les violences,  les guerres,  les catastrophes,  les pandémies  n’auront pas  le dernier mot.
Le Christ ressuscité  veut nous associer  tous  à  sa victoire  sur la mort et le péché.
Nous sommes à 10 jours de  la Pentecôte.   Avec Marie,  les apôtres en ont profité   pour faire une retraite.  
Avec eux,  nous te supplions,  Seigneur :   Envoie ton Esprit  qui renouvelle  la face de la terre.

 

Denis Lecompte, Curé de la paroisse

Article publié par Philippe LARCANCHE • Publié le Mercredi 20 mai 2020 • 80 visites

keyboard_arrow_up