Prière du chapelet

Par notre Pape et notre Archevêque

 

En ce 1er mai,  nous débutons  le « mois de Marie » !

A la fois notre Pape et notre Archevêque nous recommandent la prière du chapelet.

 

I. Lettre du Saint-Père à tous les fidèles pour le mois de mai 2020

Chers frères et sœurs,

Le mois de mai est maintenant proche, un mois au cours duquel le peuple de Dieu exprime avec une intensité particulière son amour et sa dévotion à la Vierge Marie. Il est de tradition, durant ce mois, de prier le chapelet à la maison, en famille. Une dimension, la dimension domestique, que les restrictions de la pandémie nous ont "forcés" à valoriser, également du point de vue spirituel.

C'est pourquoi j'ai pensé à proposer à chacun de redécouvrir la beauté de la prière du chapelet chez soi au mois de mai. Vous pouvez le faire ensemble, ou personnellement ; choisissez vous-mêmes, en fonction de la situation, en considérant les deux possibilités. Mais dans chaque cas, il y a un secret pour le faire: la simplicité ; et il est facile de trouver, même sur Internet, de bons modèles de prière à suivre.

Je vous offre également les textes de deux prières à la Sainte Vierge, que vous pouvez réciter à la fin du Rosaire, et que je réciterai moi-même au mois de mai, spirituellement uni à vous. Je les joins à cette lettre afin qu'ils soient mis à la disposition de tous.

Chers frères et sœurs, contempler ensemble le visage du Christ avec le cœur de Marie, notre Mère, nous rendra encore plus unis en tant que famille spirituelle et nous aidera à surmonter cette épreuve. Je prierai pour vous, surtout pour les plus souffrants, et vous, s'il vous plaît, priez pour moi. Je vous remercie et de tout mon cœur je vous bénis.

Pape François
Rome, Saint Jean de Latran, 25 avril 2020

 

La première prière proposée par le Pape François

Ô Marie,
Tu brilles toujours sur notre chemin comme un signe de salut et d'espoir.
Nous nous confions à toi, Santé des malades, qui auprès de la Croix, a été associée à la douleur de Jésus, en restant ferme dans la foi.
Tu sais de quoi nous avons besoin et nous sommes sûrs que tu y pourvoieras pour que, comme à Cana de Galilée, la joie et la fête reviennent après cette épreuve.
Aide-nous, Mère de l'amour divin, à nous conformer à la volonté du Père et à faire ce que nous dira Jésus, qui a pris sur lui nos souffrances et s’est chargé de nos douleurs pour nous conduire à travers la Croix, à la joie de la résurrection. Amen.
Sous l’abri de ta miséricorde, nous nous réfugions, Sainte Mère de Dieu.
Ne méprise pas nos prières quand nous sommes dans l’épreuve, mais de tous les dangers délivre-nous toujours, Vierge glorieuse et bénie.

La deuxième prière proposée par le Pape François

Dans la situation dramatique actuelle, chargée de souffrances et d'angoisses qui tourmentent le monde entier, nous avons recours à Toi, Mère de Dieu et notre Mère, et nous cherchons refuge sous Ta protection.
Ô Vierge Marie, tourne vers nous tes yeux miséricordieux en cette pandémie de coronavirus, et réconforte tous ceux qui sont perdus et pleurent leurs proches décédés, parfois enterrés d'une manière qui blesse l'âme. Soutiens ceux qui sont inquiets pour les personnes malades auprès desquelles ils ne peuvent se rendre, pour éviter la contagion. Inspire confiance à ceux qui sont dans l'angoisse en raison d'un avenir incertain et des conséquences pour l'économie et le travail.
Mère de Dieu et notre Mère, implore pour nous de la part de Dieu, Père de miséricorde, que cette dure épreuve se termine et qu'un horizon d'espoir et de paix revienne. Comme à Cana, interviens auprès de ton Divin Fils, en lui demandant de réconforter les familles des malades et des victimes, et d'ouvrir leur cœur à la confiance.
Protège les médecins, les infirmières, les travailleurs de la santé, les bénévoles qui, en cette période d'urgence, sont en première ligne et mettent leur vie en danger pour sauver d'autres vies. Accompagne leurs efforts héroïques et donne leur force, bonté et santé.
Sois proche de ceux qui s'occupent jour et nuit des malades, et des prêtres qui, avec une sollicitude pastorale et un engagement évangélique, cherchent à aider et à soutenir chacun.
Vierge Sainte, éclaire l'esprit des hommes et des femmes de science, afin qu'ils trouvent les solutions justes pour vaincre ce virus.
Aide les dirigeants des nations afin qu'ils puissent travailler avec sagesse, sollicitude et générosité, en aidant ceux qui manquent du nécessaire pour vivre, en planifiant des solutions sociales et économiques avec prévoyance et dans un esprit de solidarité.
Très Sainte Marie, touche les consciences afin que les sommes énormes utilisées pour augmenter et perfectionner les armements soient plutôt utilisées pour promouvoir des études appropriées afin d'éviter des catastrophes similaires à l'avenir.
Mère bien-aimée, fais naître dans le monde un sentiment d'appartenance à une grande famille, dans la conscience du lien qui unit tous les hommes, afin qu'avec un esprit fraternel et solidaire nous venions en aide aux nombreuses pauvretés et situations de misère. Encourage la fermeté dans la foi, la persévérance dans le service, la constance dans la prière.
O Marie, consolatrice des affligés, embrasse tous tes enfants dans la tribulation et obtiens que Dieu intervienne de sa main toute-puissante pour nous libérer de cette terrible épidémie, afin que la vie puisse reprendre son cours normal dans la sérénité.
Nous nous confions à Toi, qui brille sur notre chemin comme un signe de salut et d'espérance, ô miséricordieuse, ô pieuse, ô douce Vierge Marie. Amen.

 

II. Vivre avec la Vierge Marie le temps du confinement
La prière du Chapelet  (Mgr Dollmann)

En ce mois de mai, c’est une occasion de réaliser les paroles que nous prononçons en récitant les « Je vous salue Marie ». La première partie qui comporte les paroles de l’ange à l’Annonciation et celles d’Elisabeth à la Visitation, est pour nous une contemplation du modèle de foi qu’est Marie. Jusqu’au 14ème siècle, les Chrétiens ne prononçaient d’ailleurs que ces quelques versets, ils les récitaient comme une litanie pour demander la conversion, le renouvellement de leur vie chrétienne. Sur un morceau de poterie du 7ème siècle, venant d’Egypte, on a trouvé cette inscription : « Je vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes et le fruit de vos entrailles est béni, parce que vous avez conçu le Christ, le Fils de Dieu, le Rédempteur de nos âmes ».

Dans la deuxième partie du « Je vous salue Marie », nous nous confions à sa prière avec le titre de Mère de Dieu. Nous le faisons parce que Jésus nous a confié sa mère au pied de la croix. C’est au 15ème siècle, que cette deuxième partie a été introduite, grâce à saint Bernardin de Sienne qui, en commentant l’expression qui concerne Jésus, « le fruit de tes entrailles est béni », avait déclaré : « et je ne peux m’empêcher d’ajouter : Sainte Marie priez pour nous pécheurs ».

Nous nous implorons encore Marie, Mère de Dieu parce qu’elle a une place unique et active dans l’Eglise. Elle a vécu une participation totale à la mission de Jésus jusqu’à l’heure de la croix qui a porté le salut du monde.

Elle a donc également un rôle dans la naissance et l’histoire de l’Eglise. Elle est comme l’a officialisé le Pape Paul VI, « Mère de l’Eglise ». Aussi quand nous disons, « priez pour nous », nous le faisons pas seulement pour nous mais bien pour l’Eglise toute entière.

En récitant le chapelet, nous méditons avec la Vierge Marie les grandes étapes de la vie de Jésus qui révèlent le mystère de sa personne et de son œuvre de salut. Par habitude, les mystères joyeux sont récités le lundi et le samedi, les douloureux le mardi et le vendredi, les lumineux le jeudi et les glorieux le dimanche (sauf pendant le carême ou l'avent).

 

MYSTERES JOYEUX

En reprenant toute l’Histoire Sainte, de la Genèse à l’Apocalypse, on peut y découvrir l’histoire de la promesse du bonheur qui s’approfondit et se précise. Après la chute d’Adam et d’Eve, la première parole de Dieu était une question qui résonnait comme un appel : « Où es-tu ? ». Elle manifeste que l’avenir reste ouvert, Dieu appelle encore à prendre le chemin de la vie et du bonheur. Mais l’expérience lancinante de la condition pécheresse a révélé aux croyants que leur réponse ne pouvait être que partielle et qu’il fallait l’aide de Dieu lui-même. Seul le Fils de Dieu pouvait répondre parfaitement à l’appel de Dieu, et il est venu pour dire avec nous : « Me Voici ! ».

Ainsi pour nous Chrétiens, la joie porte un nom, elle a un visage : le Christ. La Vierge Marie nous apprend à accueillir la joie d’être au Christ, la joie de notre vocation baptismale et à en vivre. La prière, le témoignage et le service à l’école de Marie peuvent enraciner en nous cette joie à chaque étape de notre vie, jusqu’à l’heure de notre mort pour passer vers la joie du ciel qui ne finit plus.

1er mystère : L'Annonciation de l'Ange Gabriel à la Vierge Marie

« Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la vierge était Marie. » (Lc 1,26-27).

2ème mystère : Visite de la Vierge Marie à sa cousine Élisabeth

« En ces jours-là, Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie de l’Esprit Saint, et s’écria d’une voie forte: “Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni ! » (Lc 1, 39-42).

3ème mystère : La naissance de Jésus dans la grotte de Bethléem
« Joseph quitta la ville de Nazareth en Galilée, pour monter en Judée, à la ville de David appelée Bethléem. Il venait se faire inscrire avec Marie, son épouse, qui était enceinte. Or, pendant qu’ils étaient là, arrivèrent les jours où elle devait enfanter. Et elle mit au monde son fils premier-né; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune » (Lc 2,4-7).

4ème mystère : Jésus est présenté au temple par Marie et Joseph

« Quand arriva le jour fixé par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus le portèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi: Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur » (Lc 2, 21-24).

5ème mystère : Jésus retrouvé dans le temple

« Quand Jésus eut douze ans, ses parents firent le pèlerinage suivant la coutume. Comme ils s’en retournaient à la fin de la semaine, le jeune Jésus resta à Jérusalem sans que ses parents s’en aperçoivent […] C’est au bout de trois jours qu’ils le retrouvèrent dans le Temple. […] Et il leur dit : ‘Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas qu’il me faut être aux affaires de mon Père ?’» (Lc 2, 41-47).

 

MYSTERES LUMINEUX

« Dieu est Amour » (1Jn 4,9s). Par ces mots lumineux, saint Jean résume l’accomplissement de la Révélation en Jésus Christ. Sur sa croix, nous pouvons contempler l’infini de l’amour de Dieu : un amour capable d’unir le refus absolu de l’homme et le projet de salut de Dieu. Et par la résurrection du Christ, cet amour se manifeste comme force de vie nouvelle et éternelle pour le monde. Par la résurrection, la nature humaine de Jésus a été en quelque sorte pénétrée totalement par l’amour de Dieu, et c’est là le gage de notre propre résurrection. Et cet Amour a été versé dans nos cœurs à notre baptême. Ne sommes-nous pas baptisés au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, au nom du Dieu Trinité d’Amour ? Le don de l’amour constitue ainsi  le principe de notre sanctification, le moteur sur la route de la sainteté et il va se conjuguer, se vivre selon les vocations et les états de vie.

Les Mystères lumineux vont nous aider à éclairer le sens des vocations à la lumière de l’amour de Dieu et renouveler notre prière pour les différentes vocations à la suite du Christ

1er mystère : Le Baptême dans le Jourdain 
« Dès que Jésus fut baptisé, il sortit de l’eau; voici que les cieux s’ouvrirent, et il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et des cieux, une voix disait: "Celui-ci est mon Fils bien-aimé; en lui j’ai mis tout mon amour" » (Mt 3,16-17).

2ème mystère: Les noces de Cana

« Trois jours plus tard, il y avait un mariage à Cana en Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au repas de noces avec ses disciples. Or, on manqua de vin; la mère de Jésus lui dit: "Ils n’ont plus de vin". Jésus répondit: "Femme, que me veux-tu? Mon heure n’est pas encore venue". Sa mère dit aux serviteurs: "Faites tout ce qu’il vous dira" » (Jn 2, 1-5).

3ème mystère: L'annonce du Royaume de Dieu et l'invitation à la conversion

« Jésus vint en Galilée, prêchant l’Evangile de Dieu et disant : ‘Les temps sont accomplis: le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle’ » (Mc 1, 15).

4ème mystère : La transfiguration

« Six jours après, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmène à l’écart, sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux; son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière » (Mt 17, 1-2).

5ème mystère: L'institution de l'Eucharistie

« Pendant le repas, Jésus prit du pain, prononça la bénédiction, le rompit et le donna à ses disciples, en disant: "Prenez, mangez: ceci est mon corps"»(Mt 26, 26).

 

MYSTERES DOULOUREUX 

Les Mystères douloureux interpellent notre attachement au Christ crucifié, notre fidélité dans et par-delà les épreuves. Suivre le Christ jusqu’à la croix est à contre-courant de la logique humaine et de notre société du confort et du bien-être. Ce chemin est exigeant. Mais le Christ non seulement nous y précède, il est à nos côtés. Comme pour alléger à l’extrême notre combat spirituel, Jésus nous a donné la Vierge, sa Mère. Il a voulu nous la donner, elle est notre modèle et notre mère.

1er mystère : L'agonie de Jésus à Gethsémani

«  Il emmena Pierre, ainsi que Jacques et Jean, les deux fils de Zébédée, et il commença à ressentir tristesse et angoisse. Il leur dit alors: "Mon âme est triste à en mourir. Demeurez ici et veillez avec moi". Il s’écarta un peu et tomba la face contre terre, en faisant cette prière: "Mon Père, s’il est possible, que cette coupe passe loin de moi! Cependant, non pas comme je veux, mais comme tu veux". » (Mt 26, 36-39).

2ème mystère : La flagellation de Jésus

« Alors, Pilate ordonna d’emmener Jésus pour le flageller. Les soldats tressèrent une couronne avec des épines, et la lui mirent sur la tête; puis ils le revêtirent d’un manteau de pourpre. Ils s’avançaient vers lui et ils disaient: "Honneur à toi, roi des juifs!". Et ils le giflaient. » (Jn 19,1-3).

3ème mystère: Le couronnement d'épines

« Alors les soldats du gouverneur emmenèrent Jésus dans le prétoire et rassemblèrent autour de lui toute la garde. Ils lui enlevèrent ses vêtements et le couvrirent d’un manteau rouge. Puis, avec des épines, ils tressèrent une couronne, et la posèrent sur sa tête; ils lui mirent un roseau dans la main droite et, pour se moquer de lui, ils s’agenouillaient en lui disant: "Salut, roi des Juifs!" » (Mt 27, 27-29).

4ème mystère : Le portement de la Croix

« Les soldats réquisitionnent, pour porter la croix, un passant, Simon de Cyrène, le père d’Alexandre et de Rufus, qui revenait des champs. Et ils amènent Jésus à l’endroit appelé Golgotha, c’est-à-dire: Lieu-du-Crâne, ou Calvaire. » (Mc 15, 21-22).

5ème mystère : Jésus est crucifié et meurt sur la Croix

« Lorsqu’on fut arrivé au lieu-dit Le Crâne, ou Calvaire, on mit Jésus en croix, avec les deux malfaiteurs, l’un à droite et l’autre à gauche. Jésus disait: "Père, pardonne-leur: ils ne savent pas ce qu’ils font"… Il était déjà presque midi; l’obscurité se fit dans tout le pays jusqu’à trois heures, car le soleil s’était caché. Le rideau du temple se déchira par le milieu. Alors, Jésus poussa un grand cri: "Père, entre tes mains je remets mon esprit". » (Lc 23, 32-33, 44-46).

 

MYSTERES GLORIEUX

Les mystères glorieux nous invitent à contempler le mystère du Christ Ressuscité et son lien à l’Eglise que nous formons. Jésus le Fils de Dieu qui s’est fait homme, est entré corps et âme dans la Gloire de Dieu. Cela ouvre une perspective extraordinaire pour l’ensemble de l’humanité. En Jésus mort et ressuscité, Dieu achève sa création. L’humanité que Jésus a assumée est désormais en Dieu, une partie de nous-mêmes est déjà transfigurée auprès de Dieu. Jésus est bien le médiateur, le pont entre Dieu et l’humanité. C’est de cette espérance que nous sommes appelés à vivre dans l’Eglise. Elle est le Corps dont le Christ est la Tête. C’est lui qui établit le lien de communion et de vie entre tous ses membres. C’est lui qui à travers sa résurrection et son ascension, est à la fois dans le cœur de Dieu et tout près des hommes.

1er mystère : La Résurrection de Jésus

« Le premier jour de la semaine, de grand matin, les femmes se rendirent au sépulcre, portant des aromates qu’elles avaient préparés. Elles trouvèrent la pierre roulée sur le côté du tombeau. Elles entrèrent, mais ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus. Elles ne savaient que penser, lorsque deux hommes se présentèrent à elles, avec un vêtement éblouissant. Saisies de crainte, elles baissaient le visage vers le sol. Ils leur dirent: « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts? Il n’est pas ici, il est ressuscité » (Lc 24, 1-6).

2ème mystère : L'Ascension du Seigneur au ciel

« Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu. » (Mc 16, 19).

3ème mystère : La descente du Saint-Esprit au Cénacle

« Quand arriva le jour de la Pentecôte, ils se trouvaient réunis tous ensemble. Soudain, il vint du ciel un bruit pareil à celui d’un violent coup de vent: toute la maison où ils se tenaient en fut remplie. Ils virent apparaître comme une sorte de feu qui se partageait en langues et qui se posa sur chacun d’eux. Alors ils furent tous remplis de l’Esprit Saint: ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit. » (Ac 2, 1-4).

4ème mystère : L'Assomption de Marie au Ciel
« Désormais tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des merveilles. .. Il élève les humbles »  (Lc 1, 48-51).

5ème mystère : Marie est couronnée Reine du ciel et de la terre

« Un signe grandiose apparut dans le ciel: une Femme, ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles. » (Ap 12, 1).

Mgr Vincent DOLLMANN
Archevêque de Cambrai
29 avril 2020

Article publié par Philippe LARCANCHE • Publié le Vendredi 01 mai 2020 - 11h15 • 385 visites

keyboard_arrow_up